Annoncer le décès d’un proche à un enfant

Il n’est jamais facile de faire face à la mort, elle nous submerge et il est encore moins facile d’en parler à des enfants.

Bien que nous sachions que c’est une partie inévitable de la vie, parler de la mort est un sujet que la plupart d’entre nous ne sais pas aborder.

Comment parler de la mort

Voici quelques conseils pour vous aider à parler de la mort avec votre enfant :

  • Dites la vérité sur ce qui s’est passé. La vérité donne une explication à vos larmes et à votre douleur. Le fait d’être ouvert émotionnellement peut aider votre enfant à apprendre à faire son deuil.
  • Soyez prêt à faire face à diverses réactions émotionnelles. Sachez que, quelle que soit la façon dont vous abordez le sujet, votre enfant sera bouleversé, et peut-être même fâché par la perte. Acceptez les réactions émotionnelles de votre enfant.
  • Veillez à utiliser les mots justes. Inutile de tergiverser. Beaucoup trouvent l’utilisation des mots “mort” inconfortable – et préfèrent utiliser des mots tels que « décédé », « perdu », « s’est endormi » – mais l’utilisation de mots réalistes pour décrire la mort aide le processus de deuil
  • Soyez à l’aise en disant : “Je ne sais pas.” Il n’est jamais facile d’avoir toutes les réponses, surtout dans une période où l’on a tant de peine. Il est utile de dire à votre enfant que vous ne savez peut-être pas certaines choses.
  • Pleurer ensemble et souvent. C’est très sain et ça guérit.
  • Permettez à votre enfant de participer aux rituels. Laissez-le choisir des photos pour le mémorial, une chanson ou une lecture spirituelle. Cela les aidera à avoir le sentiment de maîtriser la perte traumatique
  • Laissez votre enfant faire son deuil à sa manière. Permettez à votre enfant de garder le silence sur la mort. Il est également naturel qu’un enfant se sente seul et s’isole à ce moment-là. Il est également fréquent que les enfants ne semblent pas touchés par la perte.
  • Préparez votre enfant à ce qu’il verra lors de l’enterrement. Dites aux enfants ce qu’ils verront, qui sera là, comment les gens se sentent et ce qu’ils feront. Si vous êtes désemparé, amenez quelqu’un pour s’occuper de l’enfant.
  • Préparez votre enfant pour l’avenir sans votre proche. Parlez de ce que vous ressentirez lorsque vous célébrerez des anniversaires, des fêtes et des moments particuliers sans la personne.
  • Préparez-vous à parler souvent de vos pensées et de vos sentiments. Il est probable que vous deviez vous occuper du sujet de la mort pendant les semaines à venir.
  • N’oubliez pas de prendre soin de vous. N’oubliez pas que les enfants apprennent ce qu’ils voient, alors soyez un modèle à ce moment critique

Les choses à éviter

  • Ne cachez pas votre chagrin à votre enfant. En vous voyant pleurer longtemps après la mort de vos proches, votre enfant saura qu’il est normal et sain de pleurer et de se sentir triste après une perte importante
  • N’ayez pas peur de partager les souvenirs de votre proche. Parfois, les parents ont peur de parler de la personne décédée, pensant que cela causera de la douleur aux autres. Les recherches montrent que la douleur de revivre des souvenirs ou de partager des histoires aide en fait à guérir et à tourner la page.
  • N’évitez pas d’établir un lien avec votre enfant parce que vous vous sentez impuissant ou mal à l’aise, ou que vous ne savez pas quoi lui dire. Parfois, un regard complice peut être un lien puissant. Même un contact ou une étreinte peut être très réconfortant.
  • Ne changez pas de sujet lorsque votre enfant entre dans la pièce. Ce faisant, vous risqueriez d’introduire une marque de tabou sur le sujet de la mort.
  • Ne changez pas votre routine quotidienne. Les enfants ont besoin de cohérence. Essayez également de faire en sorte que votre enfant continue à participer à ses activités habituelles.
  • Ne pensez pas que la mort empêche de rire. Le rire est un excellent outil de guérison. Le fait d’être sur le point de rire à propos de souvenirs ou de moments passés avec votre proche montre à quel point sa présence était importante dans votre vie.

Il est également important de rappeler qu’il ne faut pas imposer de limites au temps de deuil. Chacun fait son deuil à sa façon. Reconnaissez qu’une nouvelle normalité devra s’installer – et qu’il faut du temps pour se réadapter à un décès important.

Laisser un commentaire